CALYPSO, l'interface unique pour vos recherches documentaires

Conférence-Expo César Fauxbras : Destination Mer noire

Conférence-Expo César Fauxbras : Destination Mer noire

En partenariat avec le Conservatoire de Dunkerque, la Salle Dany Boon, le Grand théâtre de Calais et les étudiants de 2e année de DUT, Techniques de Commercialisation de l’IUT du Littoral Côte d’Opale, guidés par leur enseignante Justine Jotham, maître de conférence à l’ULCO, consacrent une exposition à César Fauxbras du 26 octobre au 22 novembre 2018. Ce parcours historique et biographique explique comment son roman Mer Noire a inspiré le compositeur de la pièce lyrique, Eric Sprogis. Grâce à des supports numériques, les textes s’animent : images, sons et mots se mêlent pour voyager jusque sur la Mer Noire. L’exposition sera mise en valeur par des objets personnels de César Fauxbras. Venez nombreux écouter des extraits de l’oeuvre « Mer Noire : les mutineries racontées par un mutin » lors du vernissage du 5 novembre à 18h.

Création-Opéra Mer Noire d’Eric Sprogis, compositeur, directeur musical

Labellisé par la mission centenaire de la Première Guerre Mondiale 

28 novembre à 20h30 au Grand théâtre de Calais et 16 décembre 2018 à 16h – Salle Dany Boon, Bray-Dunes

Mer Noire est un drame lyrique en trois actes et un épilogue composé à partir du roman éponyme de Sterckeman alias César Fauxbras originaire de Rosendaël. Il met en scène les mutineries au sein de la flotte française en mer Noire au lendemain de l’armistice de 1918. Il commence et finit en rade de Toulon en passant par Odessa, Sébastopol et Bizerte.

Cent ans plus tard, dans le cadre des manifestations du centenaire de la fin de la Première Guerre mondiale (label de l’Etat – mission centenaire) et cinquante ans après la mort de César Fauxbras, la ville de Dunkerque commande auprès d’Eric Sprogis cet opéra qui brosse les portraits de ces hommes et de leurs désillusions.

Pour Aller plus loin…

Les mutineries de la Mer Noire (1919) restent un épisode peu traité par les manuels de la République. Elles s’inscrivent dans les soubresauts d’un après-guerre où la France abandonne finalement la Russie tsariste aux « Rouges », dans le contexte général d’un épuisement des ardeurs guerrières, enfin comme une des manifestations d’un espoir révolutionnaire, fraternel, humaniste. Deux marins, Charles Tillon et André Marty, feront bientôt partie des figures légendaires du jeune Parti Communiste, fondé en 1920, bien que la réalité historique soit plus banale.

Prochain rendez-vous : Jeudi 22 novembre à 18h30 à la bibliothèque pour une conférence sur Les procès des mutins de la Mer Noire (1919) par Frédéric Davansant, maître de conférences à l’ULCO. Avocat, il a consacré sa thèse à la justice maritime pénale de l’Ancien Régime. Il s’intéresse aujourd’hui plus particulièrement à l’histoire de la discipline et de la justice du monde militaire.

Les procès des mutins de la Mer Noire (1919)

En avril 1919, devant les ports de Sébastopol et Odessa, les équipages des principaux navires de la flotte française de Mer Noire (Les cuirassés Jean Bart, France, Mirabeau…) se soulèvent. Les marins mutinés hissent le drapeau rouge, chantent l’Internationale et exigent le retour en France. Réplique maritime des mutineries de 1917, cette révolte est un séisme qui déstabilise le gouvernement Clémenceau et accélère le retrait des troupes françaises envoyées en Ukraine soutenir les Russes blancs. Ce camouflet ne pouvant rester impuni, les meneurs sont arrêtés et déférés devant les Conseils de Guerre de la Marine réunis à bord ou dans les arsenaux. Cette communication s’appuie sur l’étude des archives judiciaires. Elle entend porter un regard juridique, et non simplement politique, sur cette affaire. Traditionnellement présentés comme des affaires « réglées d’avance », les actes et les pièces des procédures montrent des accusés combatifs ou résignés, des défenseurs parfois imaginatifs et des juges mesurés dans la répression.

 

 

 

 

 

Partage l'info sur