CALYPSO, l'interface unique pour vos recherches documentaires

[Coup de cœur des lecteurs] Napoléon par les peintres

[Coup de cœur des lecteurs] Napoléon par les peintres

Il y a 200 ans, le 5 mai 1821, sur l’île britannique de Sainte-Hélène où on l’avait exilé, mourait Napoléon. 

Figure controversée mais néanmoins emblématique de l’Histoire de France, ses décisions imprègnent encore notre vie quotidienne, à l’instar du Code civil, de la préfecture, du baccalauréat ou de la Banque de France. 

À l’occasion du bicentenaire de sa mort, de nombreuses cérémonies commémoratives et événements (expositions, conférences…) sont organisés à travers le monde, notamment en France et en Belgique.

À la BULCO, nous avons choisi de donner la parole à nos lecteurs. 

Corentin BABICH, étudiant en 3e année d’Histoire à l’ULCO a gentiment accepté de nous partager son coup de cœur : Napoléon par les peintres  de Dimitri Casali et David Chanteranne, 2009, Seuil. Disponible à Boulogne-sur-Mer en 709.94 NAP C

20210504_131818

« À l’occasion du bicentenaire de la mort de Napoléon Ier, le 5 mai 2021, je voulais vous présenter mon livre coup de cœur de la BULCO. Il s’agit de l’ouvrage Napoléon par les peintres écrit par l’historien, spécialiste de la période napoléonienne, David Chanteranne et l’écrivain Dimitri Casali.

Cet ouvrage compile de grandes œuvres relatant les grands événements de la vie de Napoléon Ier tout en confrontant tableaux et réalités historiques. Un exemple concret est le célèbre tableau peint par Jacques-Louis David en 1801 : Bonaparte franchissant le Grand Saint-Bernard. On le voit sur son cheval avec une dimension héroïque mais, en réalité, Napoléon Bonaparte franchit les Alpes à dos de mulet.

Souvent adulé par certains et détracté par d’autres, l’Empereur reste une figure incontestable de l’Histoire française. Sa commémoration fait l’objet de critiques et de controverses à cause des pensées actuelles sur un personnage du XIXe siècle. Or il faut savoir replacer l’Empereur dans son contexte historique, éviter tout jugement hâtif et garder l’esprit critique. Je pense que sa commémoration est nécessaire pour, d’une part, éviter la cancel culture tout en ne cachant rien et, d’autre part, pour se rappeler de son apport sur la société contemporaine.

En outre, Boulogne-sur-Mer est devenue “Ville Impériale” en 2020 grâce à l’empreinte de Napoléon Ier laissée sur la ville, de quoi s’intéresser un peu plus à ce grand personnage. »

Merci Corentin !