CALYPSO, l'interface unique pour vos recherches documentaires

Tuteur pour les cours de méthodologie en Droit, une belle expérience !

Tuteur pour les cours de méthodologie en Droit, une belle expérience !

  • « Bonjour, pouvez-vous vous présenter ? »

« Bonjour à tous, je m’appelle Camille Vanderbrigghe, âgée de 24 ans, j’ai effectué l’intégralité de mes études de droit à l’Université du Littoral (d’abord à l’ULCO de Dunkerque en Licence, puis j’ai choisi le Master de droit des Collectivités Territoriales dispensé à l’ULCO de Boulogne-sur-Mer).

Au cours de l’année universitaire 2021-2022, et en parallèle avec mes cours en Master 2, j’ai rempli les fonctions de tutrice auprès des étudiants de première année en leur dispensant le module d’initiation à la recherche documentaire juridique. »

  • « Pourquoi avez-vous postulé ? »

« J’ai postulé pour le poste de tuteur pour plusieurs raisons :

Premièrement, l’emploi du temps que j’ai eu au cours de mon Master 2 me laissait beaucoup plus de temps libre que lors de mes années précédentes. Mon emploi du temps étant plus allégé, j’ai tout de suite pensé à occuper mon temps libre de manière utile.

Deuxièmement, parce que l’offre a été publiée sur la page Facebook de Mme Makhlouf, quand j’ai pris connaissance de cette information, je me suis dit « pourquoi pas moi ? »

Le troisième élément qui m’a décidé à envoyer ma candidature, c’était pour l’expérience que cela m’apporterait, je savais qu’il s’agissait d’une fonction où je passerais « de l’autre côté du bureau », et que cela allait me démontrer si je pouvais être susceptible d’aimer enseigner ou non.

Ayant le contact facile avec un public étudiant, j’ai rangé toutes mes appréhensions et je me suis lancée dans l’aventure. »

  • « Pouvez-vous nous dire ce que cet emploi de tuteur vous a apporté ? »

« Tout d’abord, il ne faut pas avoir peur d’être au contact des étudiants, cette expérience m’a demandé une capacité d’adaptation à tout type de situation, puisque j’ai été amenée à rencontrer différentes problématiques lors des séances que je dispensais.

Il s’agit aussi d’un premier pas vers l’enseignement, et ce poste de tuteur m’a donné envie de dispenser des séances de Travaux Dirigés, à l’avenir, lorsque je serai sortie du cursus universitaire. »

  • « La peur ou la difficulté que vous avez dû surmonter ? »

« Il est évident que de passer « de l’autre côté du bureau », peut être une action déstabilisante pour beaucoup d’étudiants en fin de cursus.

J’ai donné mes deux premières séances de méthodologie en binôme avec Mme Makhlouf, j’étais donc accompagnée. La troisième séance, je me suis retrouvée seule, pour la première fois de ma vie, devant un groupe d’une vingtaine d’étudiants.

Je pouvais me retourner et regarder derrière moi, j’étais bien seule derrière le bureau et je n’avais plus personne pour m’épauler. Je devais assurer ma séance d’1h30 toute seule.

Cette action reste très impressionnante car cela fait sortir l’étudiant tuteur de sa zone de confort, surtout s’il n’a pas l’habitude de s’exprimer en public. Mais comme tout obstacle, cela reste très largement surmontable et cela permet de prendre confiance en soi. »

  • « Un conseil pour les futurs tuteurs ? »

« Pas d’autocensure ! Si vous vous sentez de transmettre quelque chose à des étudiants mais que vous ne vous sentez pas de le faire par peur, vous êtes perdant.

En revanche, si vous surmontez cette appréhension, vous avez tout à gagner en tentant l’expérience ! »

 

Cette interview vous a donné envie de postuler à cet emploi étudiant : l’annonce paraîtra prochainement ici.