CALYPSO, l'interface unique pour vos recherches documentaires

L’inclusion scolaire des personnes en situation de handicap

L’inclusion scolaire des personnes en situation de handicap

Le droit à la scolarisation est inscrit dans les textes comme un droit universel pour tous ! Priver des jeunes du « vivre-ensemble » parce qu’ils sont différents des autres ne semble pas juridiquement légitime.

Mais de nombreux obstacles freinent cet accès au droit commun. Force est de constater que l’intégration scolaire et l’accompagnement individualisé ont évolué depuis la loi du 11/02/2005 pour l’égalité des droits et des chances…Néanmoins il reste l’idée, profondément ancrée chez nombre d’enseignants, qu’un élève présentant une déficience grave, de lourdes incapacités, n’a pas sa place au sein de l’enseignement pour tous, mais plutôt dans les systèmes « à part ». 
Le dernier plan du gouvernement pour la scolarisation des élèves handicapés, présenté le 4/12/2017, approfondit des mesures déjà éprouvées. Le paysage actuel est marqué par la « réforme » de la formation et de la certification des enseignants spécialisés (publié le 10 et 14/02/17) avec la suppression des diverses « options ». Cette réforme s’est traduite par un effondrement des candidatures aux formations spécialisées.


Mesures existantes :
– PPS, projet personnalisé de scolarisation, élaboré par la maison départementale des personnes handicapées (MDPH). Puis validé par la Commission des droits et de l’autonomie (CDAPH)
– ULIS, Unités Localisées pour l’Inclusion Scolaire
– La formation des enseignants spécialisés
– Les unités d’enseignement des établissements et services médicosociaux
– Les aménagements d’examens
– Le recours à des Accompagnants des Elèves en Situation de Handicap (AESH) anciennement dénommés Auxiliaire de Vie Scolaire (AVS)
– Les dernières mesures en faveur des enfants autistes
– Programme Personnalisé de Réussite Éducative (PPRE), permet de coordonner des actions destinées à remédier aux difficultés scolaires d’un élève.

Les inclusions concerneraient les déficients sensoriels sans handicap associé, le handicap moteur… puisque leurs capacités de communication sont intactes.


À savoir : beaucoup d’élèves valides mais défavorisés socialement et culturellement vivent les processus très similaires d’entrée en échec scolaire.


   permet l’inscription en enseignement supérieur. Plusieurs dispositifs ont été mis en place en concertation avec les associations représentatives des personnes en situation de handicap.

– Un référent handicap dans toutes les formations inscrites  (répondre à vos questions sur les aménagements possibles pour faciliter votre poursuite d’études).
– Une fiche de liaison dans la rubrique : « profil » du dossier Parcoursup, (modalités d’accompagnement dont il a bénéficié dans son parcours)

Sources : Cahier Français, juillet-août 2019, pages 97-108

https://www.parcoursup.fr

Partage l'info sur
Partager sur facebook
Partager sur twitter