CALYPSO, l'interface unique pour vos recherches documentaires

Diabète, semaine nationale de prévention du 7 au 14 juin 2019, parlez-en autour de vous !

Diabète, semaine nationale de prévention du 7 au 14 juin 2019, parlez-en autour de vous !

Qu’est-ce que le diabète ? Une hyperglycémie chronique, c’est-à-dire un excès de sucre dans le sang et donc un taux de glucose (glycémie) trop élevé.

Comment savoir si on a du diabète ? il est avéré lorsque la glycémie à jeun est égale ou supérieure à 1.26 g/l à deux reprises ou égale ou supérieure à 2 g/l à n’importe quel moment de la journée.

On distingue principalement deux types de diabète :

  • Le diabète de type 1 (diabète insulino-dépendant ou DID)

Il touche environ 6% des diabétiques, il est habituellement découvert chez les personnes jeunes : enfants, adolescents ou jeunes adultes. Les symptômes : une soif intense, des urines abondantes, un amaigrissement rapide. Il résulte de la disparition des cellules bêta du pancréas entraînant une carence totale en insuline.
L’organisme ne reconnaît plus ces cellules bêta et les détruit (les cellules bêta sont détruites par des anticorps et des cellules de l’immunité, les lymphocytes, fabriquées par l’organisme) : on dit que le diabète de type 1 est une maladie auto-immune. Le glucose ne pouvant entrer dans les cellules retourne dans le sang. Le taux de glucose dans le sang s’élève alors.

  • Le diabète de type 2 (Autrefois appelé non insulinodépendant DNID)

Touche 92 % des diabétiques et apparaît généralement chez les personnes âgées de plus de 40 ans.  Il n’existe pas une cause précise mais un ensemble de facteurs favorisants :

  • Une origine génétique : le facteur familial est tout à fait prépondérant. Des antécédents de diabète du même type sont souvent présents dans la famille
  • Une alimentation déséquilibrée, manque d’activité physique, surpoids…

Sournois et indolore, le développement du diabète de type 2 peut passer longtemps inaperçu : on estime qu’il s’écoule en moyenne 5 à 10 ans entre l’apparition des premières hyperglycémies et le diagnostic. Le processus est différent de celui du diabète de type 1. Deux anomalies sont responsables de l’hyperglycémie :

  • Soit le pancréas fabrique toujours de l’insuline mais pas assez, par rapport à la glycémie : c’est l’insulinopénie
  • Soit cette insuline agit mal, on parle alors d’insulinorésistance.

L’insuline ne peut plus réguler la glycémie et cette résistance épuise progressivement le pancréas qui finit par ne plus assurer une production suffisante d’insuline. Ces deux mécanismes font que le glucose ne pénètre pas dans les cellules du corps et reste dans la circulation sanguine. Le taux de glucose dans le sang n’est pas régulé par l’insuline.

Les complications du diabète :

Le but du traitement dans les deux types de diabète est de normaliser la glycémie : les hyperglycémies répétées et prolongées entraînent à long terme une altération des nerfs et des vaisseaux sanguins présents dans tout le corps.

Ce sont les complications du diabète qui peuvent conduire à un HANDICAP (cécité, atteintes des pieds pouvant conduire à des amputations, infarctus et des Accidents Vasculaires Cérébraux (AVC), des troubles de l’érection ou une insuffisance rénale).

Source : https://www.federationdesdiabetiques.org/

Partage l'info sur
Mélanie DUMEZ
Partager sur facebook
Partager sur twitter