CALYPSO, l'interface unique pour vos recherches documentaires

La journée de solidarité

La journée de solidarité

Bon, allez, je vous dis tout !

Pendant que certains vont rester sous la couette, d’autres vont travailler. La canicule de 2003, tout le monde s’en rappelle : 15 000 morts. C’est pourquoi une journée de solidarité a été mise en place et destinée à financer la prise en charge des personnes âgées et handicapées. Elle a été initiée par la loi du 30 juin 2004 relative à la solidarité pour l’autonomie des personnes âgées et handicapées sous l’action du gouvernement de Jean-Pierre Raffarin.

Qu’est- ce que c’est ?

Ce jour férié est une journée non payée pour les salariés. L’employeur verse à l’État ce qu’il aurait dû donner au salarié.  Cette contribution solidarité autonomie (CSA) s’élève à 0,3 % de la masse salariale de l’entreprise. La Caisse nationale de solidarité pour l’autonomie (CNSA), également créée par la loi de 2004, collecte cette contribution.

 Qui est concerné ?

Tous les actifs sont concernés, à l’exception des professions libérales et des indépendants. Depuis 2013, au-delà d’un certain revenu fiscal de référence, les retraités imposables doivent également participer. Cela prend la forme d’une contribution additionnelle de solidarité (Casa) de 0,3 %. Elle est prélevée sur les retraites, les pensions d’invalidité et les allocations de préretraite. Les revenus du capital sont également soumis au même taux de 0,3 %, à l’exception de l’épargne populaire (Livret A et LEP par exemple).

Au cas par cas ?

En 2008 le Lundi de Pentecôte est redevenu férié et chômé. Les employeurs peuvent désormais choisir la date de ce jour travaillé mais non payé, mais attention on ne touche pas au 1er mai. Plusieurs solutions s’offrent aux entreprises : ne pas faire travailler ses salariés en retirant un jour de congé ou RTT ou alors amputer leur rémunération annuelle d’un jour de travail. Certaines entreprises offrent cette journée à leurs salariés.

Ça rapporte beaucoup ?

Depuis 2004, ce sont plus de 31 milliards d’euros qui ont été collectés. Pour l’année 2017, on estimait les recettes de la journée de solidarité et de la Casa à plus de 3,1 milliards d’euros.

Où va l’argent ?

Vers une seconde journée de solidarité ?

Encore des questions sur la journée de solidarité ?

Retrouvez de nombreux articles dans Europresse via le site MaBULCO

Partage l'info sur
Partager sur facebook
Partager sur twitter